La petite histoire…des toilettes

Communément appelés W.C., les premiers ancêtres des latrines datent de 3000 ans avant J.C car les Grecs possédaient déjà des toilettes et des systèmes d’évacuation des eaux…

On retrouve aussi des aménagements sanitaires  dans la Rome antique. Des dieux y sont même dédiés : Stercutius pour les « lieux d’aisance » et le fumier, et Crepitus pour les gaz, ainsi qu’une déesse, Cloacina, qui veillait sur l’égout principal.

Les Romains construisent la « Cloaca Maxima » en -700. Il s’agit de l’immense système d’égouts de la Rome Antique. Ce système ne collectait toutefois que les eaux de pluie : les excréments étaient déversés dans les rues, où ils s’accumulaient dans un canal central jusqu’à ce que la pluie nettoie la rue.

À Rome, les nobles utilisaient généralement des pots de chambre, qui étaient vidés par des esclaves.

Il y avait les toilettes publiques, pour les classes moyennes, qui pouvaient recevoir jusqu’à 80 personnes. Dans les latrines les plus ‘’class’’, les murs sont généralement ornés de marbre ou de mosaïques. Il faut que ce soit agréable et bien aéré, en effet les hommes s’y retrouvent à plusieurs pour négocier, faire du commerce ou avoir des conversations privées.

Au même moment, en Égypte, Les pharaons et hauts personnages du pouvoir égyptien connaissent et utilisent les toilettes, en revanche, le peuple fait ses besoins dans la nature, notamment près des cours d’eau.

Le Moyen Âge marque une séparation entre l’Europe et l’Asie. En Asie, les excréments sont souvent réutilisés comme engrais, à travers un système organisé.

En Europe, il est alors plus rare que les excréments soient desséchés. Dans les édifices importants (châteaux, abbayes médiévales) les excréments tombaient dans le vide et s’évacuaient avec les eaux de canaux aménagés. Les villes connaissaient davantage de problèmes, car il était rare d’avoir un système organisé de collecte et d’évacuation des excréments.

En 1592, John Harington, un poète, réalise alors des plans précis de cabinets modernes pour la reine Elisabeth d’Angleterre, mais ils vont tomber dans l’oubli et ne seront ressortis que dans les années 1770, par Alexander Cummings. L’inventeur anglais va créer des toilettes avec des canalisations en S. Ce sont les premiers « water-closets ».

En 1835, c’est l’invention de la fosse mobile par Payen et Dalmont. Cette fosse sépare les matières liquides et solides, les deux se déversant dans des tonneaux différents. C’est mieux pour les vidangeurs qui ne sont plus en contact avec les excréments. Ils remplacent le tonneau plein par un tonneau vide. C’est très pratique et bien plus hygiénique.

A Paris, les premières “pissotières”, appelées “cases d’aisance” datent de 1840 à l’initiative du préfet Rambuteau. On les appelait communément les vespasiennes car l’empereur romain  Vespasien  avait créé un impôt spécialement sur les urinoirs romains.

A partir de 1856,  des ingénieurs mettent en place un réseau d’égouts dans les galeries souterraines, ce système est obligatoire pour lutter contre le choléra.

Maintenant que le problème de l’hygiène est réglé, il va être question de démocratiser les toilettes.

Villeroy & Boch va créer la céramique sanitaire et à partir de 1899, la marque va alors produire en grande quantité et à bas prix des accessoires de toilettes et des équipements avec rinçage (chasse d’eau).

Depuis une dizaine d’années, il existe un grand choix de WC. On peut choisir le coloris, la forme, favoriser l’écologie avec des chasses de seulement 3,5 litres d’eau, contre 9 litres habituellement ou encore les cuvettes à fond plat ou équipées d’une technologie permettant de masquer les odeurs. Sans parler de tous les systèmes pour l’hygiène anale.

Si au 20è siècle, le papier toilette s’est bien installé dans nos maisons, les technologies japonaises visent à le faire disparaître avec un système de jets d’eau et d’air afin d’avoir les fesses propres et douces !

Et pour la petite histoire, je vous annonce qu’il y existe un dispositif pour permettre aux femmes de faire pipi debout comme les hommes et… des gélules contenant des paillettes à avaler pour faire de jolis caca brillants.

 

Source: wikipédia

Une réflexion au sujet de « La petite histoire…des toilettes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *