La petite histoire…du popcorn

Sucré ou salé, devant un bon film ou en balade, le popcorn fait souvent référence au divertissement. Cet amuse-bouche est entré dans les habitudes au 19ème siècle et doit son succès au cinéma.

C’est au Mexique, que les premiers épis de maïs, datant de 4200 avant J-C, ont été retrouvés.

A cette époque, les épis étaient plus petits et ne comportaient que cinq à douze grains, contre plus de cinq cents aujourd’hui. Ils étaient appelés Théosinte, un banal maïs sauvage.

Théosinte

 

En 1492, le maïs est découvert par Christophe Colomb qui le nomme alors ‘’blé d’Inde’’, persuadé que les côtes sur lesquelles il a accosté sont celles d’Inde et non d’Amérique. Le maïs est cultivé en grande quantité aux USA dès le 19ème siècle, et il devient un élément de base de l’alimentation américaine.

Le popcorn, très loin d’être une invention moderne, pourrait être apparu avant notre ère. On retrouve du maïs soufflé dans des tombes et des sites culturels aztèques.

L’histoire de l’expansion du popcorn commence en 1891. Le confiseur Charles Cretors achète une machine à griller des cacahuètes et a l’idée d’y mettre du maïs. Deux ans après, il met au point un chariot à vapeur qui peut simultanément griller des cacahuètes, faire du café, et préparer le popcorn.

Il présente la machine à l’Exposition universelle de Chicago, en 1893. Un homme d’affaires en achète la licence.

 

Le popcorn se déverse partout où les gens viennent se divertir. Cirques, fêtes foraines, événements sportifs, meetings politiques… Partout, sauf au théâtre et au cinéma.

Les cinémas de l’époque ressemblent aux théâtres. Ils cherchent à attirer une clientèle haut de gamme. Pas question de marcher sur du maïs, encore moins d’être dérangée par le bruit pendant les représentations.

En 1896, la marque Cracker Jack, un popcorn au caramel, devient célèbre pour les surprises cachées dans le paquet. Puisqu’on n’en veut pas au cinéma, elle se répand comme une traînée de poudre dans les stades de base-ball (nous sommes toujours aux Etats-Unis).

Avec l’arrivée du cinéma parlant, en 1927, les salles américaines attirent des millions de spectateurs par semaine. Les vendeurs ambulants installent leurs « poppers » (machines à popcorn) devant l’entrée des cinémas même s’il est toujours interdit d’en consommer à l’intérieur.

Peu à peu, les propriétaires de salles flairent l’aubaine financière et ils délivrent des patentes (une sorte d’impôt) aux vendeurs de popcorn.

Pendant la deuxième guerre mondiale, les sodas et bonbons souffrent du rationnement du sucre, réservé aux troupes partis au front. La consommation de popcorn triple.

Dans les années 60, l’arrivée de la télévision fait déserter les salles de cinéma. L’industrie alimentaire met alors au point des kits de popcorn qu’il suffit de chauffer. Le popcorn devient même l’argument marketing numéro un des premiers fours à micro-ondes.

Le popcorn reste le meilleur compagnon devant un bon film!

 

Source: Wikipédia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *